L’Olympia accueille Yann Tiersen

Yann Tiersen à l’Olympia, un concert qui s’annonçait exceptionnel !

En tournée pour son huitième album Infinity, le breton Yann Tiersen, accompagné de ses six musiciens, était à l’Olympia pour un concert qui s’annonçait grandiose. En tout cas, tout y était réuni, une salle d’exception et des musiciens passionnés et expérimentés.

Arrivé les bras ballants sous les applaudissements du public, Yann Tiersen se met au piano pour commencer son spectacle musical. Puis, ce sont les musiciens qui arrivent. Chacun se dispose sur la scène à côté de son instrument, mais l’on se rendra vite compte que tous les musiciens jouent minimum deux instruments. Ils naviguent, entre les chansons, d’un endroit à l’autre de la scène pour utiliser l’instrument adéquat à la chanson. En plus du bal musical, c’est un bal de musicien. Yann Tiersen utilisera près de douze instruments dans la soirée.

« Rien à redire musicalement »

Dés le début, une ambiance pesante règne sur la salle. Il y a beaucoup de pause dans le concert. On connaît bien le style musical Tiersen, mais ici, on est déçu par les coupures longues et inappropriées entre les morceaux. Musicalement, il n’y a rien à redire, les chansons sont bien calées, il n’y a pas une seule fausse note. Mais, lorsque l’on écoute ce genre de musique alternative, on veut une lente montée pour un aboutissement explosif. A quelques notes près, la musique de l’album, et celle du concert est copier/coller. Les morceaux s’enchainent, mais aucune transition n’est travaillée. Une coupure nette, et on repart.

Et ce n’est pas le décor qui nous occupera. Minimaliste, il n’y a aucun écran, les lumières sont statiques. Le concert est scéniquement vide. On ne peut mettre des images sur la musique.

La magie Tiersen n’opère pas. Malgré le fait qu’il nous ait livré un show musicalement parfait, on ne ressent pas l’intérêt de le voir en concert. Alors qu’il s’annonçait exceptionnel, il a viré au Best Of Yann Tiersen en aléatoire Spotify. Les chansons sont jouées telles quelles, et l’on mettra un point noir sur l’inexistence de transition pour donner plus d’impact à la musique afin de donner du rythme et de la continuité au spectacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>