Hollysiz, Olympia 22/10/14

« A une époque Bécaud cassait les fauteuils. Il n’y a plu de fauteuils. On va casser le reste! », Hollysiz.

Hollysiz accompagnée des deux chanteuses de Brigitte.

Hollysiz accompagnée des deux chanteuses de Brigitte.

Le regard éclairé par un fin bandeau lumineux, la belle Cécile Cassel  est au milieu de la scène de l’olympia. Le public, essentiellement féminin, attend avec impatience cette chanteuse mais aussi actrice. Cécile Cassel est Hollysiz depuis 2008, avant, elle a joué plusieurs rôles au cinéma. C’est d’ailleurs une véritable mise en scène à laquelle nous avons à faire pendant ses concerts.

Un concert à deux visages

Du show, de la danse, du rythme. Le concert de Hollysiz est quelque chose de troublant. Avec un unique album et seulement six ans de collaboration, on a à faire à un groupe avec une prestance et une assurance des plus étonnantes. Les cinq s’entendent parfaitement. Les effets lumineux, menés de mains de maître, les mettent en valeur de la meilleure des manières. Tout au long du concert, la chanteuse Hollysiz, vêtue d’un short rouge, visiblement rétréci au lavage, et d’un haut blanc, jouera de ses formes pour provoquer des effets d’ombres chinoises sur le grand panneau blanc situé derrière la scène. Sur Miss Selfish on assiste à un véritable LapDance avec le pied du micro, avant d’enchainer sur une reprise du titre de Bruce Springsteen I’m on fire.

Tout comme Hollysiz, le concert prendra deux visages. Un dansant, rock et rythmé. Un autre visage un peu plus doux. Le concert, lui, sera rythmé en dent de scie. Chaque chanson est bonne, mais l’ordre de celles-ci l’est moins. Come back to me sera interprété troisième, puis répété en second rappel. Mais l’énergie et la sensualité de Hollysiz nous feront vite oublier ce petit choix hasardeux de setlist.

Come back to dance with me

Alors que le concert n’allait pas se jouer pour cause d’un incendie à côté de l’Olympia dans la journée, Hollysiz a quand même réussi à mettre le feu dans une salle comble. L’ultime chanson (Come back to me) se fera, entouré de son public, dans la fosse, avant de terminer sur un passage de claquette, en hommage à son père décédé en 2007. Un moment touchant pour terminer ce spectacle riche en couleur.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>