The Kills – Métropolis Montréal – 21 Septembre 2016

Alison Mosshard et Jamie Hince réunient pour ouvrir Pop Montréal

Comme le souligne parfaitement Julien Besse dans son article paru dans le magasine Audimat, “Pop Montréal est sans doute l’évènement le plus en phase avec ce début de XXIème siècle et les exigences de son coeur de cible, pour qui Festival ne doit plus rimer avec odeur de merguez et pied dans la boue”.On est le 21 Septembre, et Pop, comme tout le monde l’appelle ici, démarre à Montréal.

C’est la fin de l’été, la ville se prépare à vivre un hiver rude. En guise de chaleur, des centaines de concerts, de conférences et d’animations sont répartis dans la ville. Ce week end chargé commence furieusement par un concert des Kills dans une des plus grosses salles de la ville, Metropolis. Pour ne pas passer à côté de l’ouverture du festival, il était nécessaire de se préparer et d’écouter Ash&Ice, le dernier album du duo Alison Mosshart et Jamie Hince. Un bijou bercé par la magnifique Écho Home et l’électrique Doing it to death.

« Une autre époque »

Avant, Jamie Hince s’accompagnait uniquement d’Alison Mosshart et ne faisait que trifouiller sa pédale pour lancer ses sons et ses rythmes au moment idéal, comme on pouvait encore l’entendre sur les albums No Wow ou Midnight Boom. Une véritable prestation scénique et musicale. Mais ca, c’était avant.

Cette époque où Alison Mosshart pouvait s’exprimer sur toute la scène, pendant que le monstre Anglais s’exécutait avec sa pédale. Le charme de la jolie Alison pouvait alors s’étaler devant le parterre de fans. Ce temps est désormais révolu. Le Duo n’est plus duo, un pianiste “touche-à-tout” et un batteur s’articulent derrière les deux Kills.

Jamie Hince est plus libre, a plus de temps et d’espaces pour s’exprimer. Alison doit désormais partager la scène, étouffée par les mouvements très British de Jamie Hince. Heureusement, les morceaux sont toujours aussi travaillés. Inutile de citer tous les titres de la très jolie Setlist que vous retrouverez à la fin de cet article.On retiendra Heart of a Dog et Tape Song, néanmoins ruinés par des enceintes et des balances très mal réglées. (Et ce n’est rien de le dire)

Au final, un concert rempli de qualités, mais un concert qui manque de charme.

Maxime FREMY

SetList: Heart of a Dog, U.R.A. Fever, Kissy Kissy, Hard Habit to Break, Impossible Tracks, Black Balloon, Doing it do Death, Baby Says, Dead Road 7, Tape Song, Echo Home, Whirling Eye, Pots and Plans, Monkey 23.

Encore: That Love, Siberian Nights, Last Day of Magic, Fried My Little Brains. Et on en profite pour vous donner deux trois sons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>